Texte à méditer :  

« Le principal objectif de la musique: plaire. »

   Wolfgang Amadeus Mozart

Continuum?

Fermer Présentation

Fermer Continuum invite...

Fermer Adhérer

Fermer Musiciens

Fermer Presse

Fermer Contacts

Fermer MySpace

Documents Continuum

Fermer Partitions

Fermer Pédagogie

Fermer Mémoires

Fermer Photos

Fermer Videos

Fermer Citations

Fermer Outils

Recherche sur le site



Visites

 619815 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
1945 Abonnés
Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 61 membres


Connectés :

( personne )
Pédagogie - Les trous de memoire
P. Le Corre

LES TROUS DE MEMOIRE

 


Les trous de mémoire sont un sujet d'inquiétude que peut connaître chaque artiste avant de rentrer en scène.
Il est vrai que d'éprouver soudainement, durant une exécution musicale, le sentiment de ne plus savoir ce que l'on doit jouer dans la seconde qui suit a de quoi vous retourner les sangs ! Néanmoins et dans 80 % des cas, les trous de mémoire n'entraînent pas un arrêt de l'exécution, le sujet retrouvant aussi vite qu'il l'avait perdu le fil de ses pensées.


QU'EST-CE QU'UN TROU DE MEMOIRE ?

COMMENT SE DECLENCHE-T-IL ?


Pour assimiler une partition nouvelle, nous focalisons notre attention sur chacun des détails qui constituent le texte à apprendre. À force de répétitions, notre apprentissage s'automatise et chaque détail s'effectue sans qu'il soit nécessaire de beaucoup se concentrer ; les réflexes mis en place s'enchaînent les uns aux autres au delà de notre zone de conscience. Inconsciemment, cela veut dire que nous avons élaboré une stratégie mentale de mémorisation qui peut se résumer comme suit :
              " Vi =>Ai =>Vi => Ki => Ke "


On voit la partition dans sa tête (Vi), on entend intérieurement le son à produire (Ai), on visualise le geste à faire (Vi), en sent ce geste (Ki) et on joue (Ke).
Lorsque l'on intervient consciemment dans un automatisme quel qu'il soit, celui-ci se bloque et entraîne, durant quelques secondes, un état de confusion. C'est ce qui se passe lorsque l'on coupe la parole à quelqu'un : cette personne ne saura plus ce qu'elle était en train de dire et il lui faudra un certain temps pour reprendre le cours de ses pensées.


En ce qui concerne les trous de mémoire, c'est nous-mêmes qui arrêtons le déroulement automatique de la mémoire en essayant de prendre de nouveau conscience d'un des éléments de la stratégie. Nous ajoutons alors un nouveau "maillon" auditif sous la forme de questions analytiques ("quelle est la note suivante ? quel doigt je mets sur quelle touche ?" etc.) qui stoppent le déroulement logique de stratégie et crée un état de confusion : c'est le trou, le vide, le blanc avec en prime l'impression de ne plus rien savoir !


EVITER LES TROUS DE MEMOIRE


Vous l'avez bien compris, les trous de mémoire ne sont pas un problème de mémoire ! on peut avoir une bonne mémoire, bien connaître ce que l'on joue et avoir soudain un trou de mémoire. Celui-ci se déclenche quand jaillit une injonction (auditive interne) dans un automatisme de pensée.
Pour éviter ce phénomène ainsi que la confusion qui le suit (laquelle peut entraîner l'arrêt de l'exécution !) il suffit d'arrêter le discours intérieur et de se recentrer sur ce que l'on est en train de faire ici et maintenant. Tels certains préceptes zen, laissez passer les idées intruses sans y accrocher votre attention ou tenter d'y apporter une réponse. A la vitesse où se passe l'action, votre esprit d'analyse sera de toute façon inefficace à reprendre la situation en main et plus vous vous concentrerez sur l'information manquante, plus vous irez au devant du blocage total.
Si vous pensez ne plus connaître la suite de votre partition, c'est sans doute que le premier maillon de votre stratégie (la visualisation de la partition) vient à faillir (image floue, sombre, instable, etc.). Par chance, nous avons dans ce cas plus d'une mémoire ! si la mémoire visuelle vient à manquer, il reste la mémoire auditive et sensorielle. Faites alors confiance à vos réflexes et laissez aller vos doigts sur le clavier. Ils iront automatiquement où ils ont l'habitude d'aller depuis le temps que vous jouez ce morceau et vous serez surpris de constater que vous ( ou une partie de vous-même !) savez la suite.
En osant prendre le risque de dépasser cette zone d'ombre et de brouillard tout en continuant à jouer vous vous reconnecterez en un clin d'œil avec l'ensemble de votre stratégie et retrouverez du même coup le fil de vos pensées. Vous aurez évité le trou de mémoire !

 

Pascal  LE CORRE

 


Date de création : 09/09/2007 @ 18:42
Dernière modification : 08/10/2007 @ 16:34
Catégorie : Pédagogie
Page lue 6103 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Lecteur
^ Haut ^